pour revenir à la page précédente cliquez ici
Cette rubrique vous est spécialement consacrée nous diffusons en partenariat avec la société "Traits Particuliers" des articles spécifiques à cette rubrique, vous allez y trouver des articles en rapport avec l'actualité que nous rajoutons au fur et à mesure.


Bourse: Ce qu'il faut savoir avant de se lancer  


Bourse: Ce qu'il faut savoir avant de se lancer

Les records enregistrés depuis plusieurs mois par le CAC 40 et autres indices boursiers profitent aux actionnaires et font rêver ceux qui n'ont pas encore franchi le saut. Avant de se lancer dans l'aventure quelques principes simples sont à respecter. Ce qui évitera désillusions et catastrophes et permettra d'atteindre l'objectif visé : valoriser le capital investi. Balayer les fausses idées reçues "Pour investir en Bourse, il faut être fortuné". Non, il n'est pas nécessaire d'être riche pour miser sur la Bourse. Une somme de départ d'environ 10 000F suffit. Et si cela n'est pas possible, la formule "Sicav par abonnement" : en 300 et 500F versés chaque mois ouvre la possibilité d'investir dans un fonds composé d'actions. Autre son de cloche souvent répandu : "la Bourse est un jeu". Non, la Bourse n'est ni une machine à sous, ni un casino, ni un PMU. Certes, la notion de pari existe. Mais c'est un pari réfléchi et mesuré qui ne se prend qu'après avoir acquis des connaissances en matière de mécanisme de marché, d'analyse et de gestion. Ce qui exclut toute décision hâtive prise en fonction de rumeurs non fondées. Choisir un intermédiaire financier Pour avoir accès à la Bourse, il faut ouvrir un compte titres auprès d'un intermédiaire qui peut être une banque, un établissement financier, la Poste, le Trésor Public, les sociétés de Bourse, les courtiers, les courtiers "on line". On peut tout à fait passer des ordres de Bourse par Internet sous réserve que votre intermédiaire dispose d'un service "on line". Pour débuter, rien ne sert de comparer les tarifs et les services offerts par les intermédiaires. Mieux vaut dans un premier temps ouvrir un compte-titres dans l'établissement où se trouve le compte-courant. Il sera toujours temps de faire jouer la concurrence ultérieurement lorsque le portefeuille s'épaissit. Se fixer une enveloppe Placer dans des valeurs boursières implique un risque lié aux soubresauts des marchés. Et sur un court terme, des pertes peuvent toujours se produire. Pour éviter un coup de Trafalgar dans l'équilibre de son budget, mieux vaut consacrer une certaine somme à des valeurs boursières, somme dont on a pas besoin pour vivre et somme qu'on s'engage à ne pas dépasser. Limiter le nombre de valeurs Inutile de multiplier le nombre de valeurs qui vont multiplier les droits de garde, les frais de transactions et rendre difficile la gestion du portefeuille. Une dizaine de valeurs (appelées aussi lignes) est un bon début et offre une répartition des risques. Comment apprécier et choisir les actions Plusieurs critères doivent être examinés. Tout d'abord, la capitalisation boursière qui indique la valeur d'une société cotée, c'est-à-dire le nombre total d'actions multiplié par son cours de Bourse. Les "blue chips" correspondent aux plus grosses capitalisations et les "small caps" aux plus petites, à l'image de celles cotées au Second Marché. Regarder ensuite le montant des dividendes distribués. Puis, analyser le rendement : s'il est trop élevé, ce n'est pas forcément un gage de sécurité. Enfin, observer attentivement le PER (price earning ratio) qui est le rapport cours/bénéfice estimé par action. Plus la visibilité sur les résultats futurs est bonne, plus cet indicateur est élevé. Et plus le PER est élevé, plus l'action est chère. Le "Price Cash Flow" constitue un critère d'évaluation complémentaire. Il résulte du rapport entre le cours de Bourse et la capacité d'autofinancement de l'entreprise, c'est à dire ses disponibilités financières. Ce ratio facilite les comparaisons internationales. Jouer la diversification Sans se perdre dans une dispersion des titres, il ne faut pas néanmoins hésiter à diversifier son portefeuille entre différentes valeurs par secteur géographique, par secteur économique, au Règlement Mensuel, au Second Marché, sur le marché national, européen ou international. Acheter et vendre L'adage "acheter au son du canon et vendre au son du violon" est toujours valable. L'annonce de mauvais résultats d'une société est une bonne occasion d'achat si un redressement des profits est possible. A l'inverse, vendre un titre porteur quand on a dégagé un bon bénéfice semble conseillé. D'une part, il vaut mieux prendre un bénéfice, même s'il n'est pas maximum, que de "rater le coche". D'autre part, la vente permet d'alléger ses positions, voire de réinvestir.

Début de page

Agence Traits Particuliers
  Notre agence , composée d'un réseau de journalistes et pigistes spécialisés, est tournée depuis plusieurs années vers l'écrit sous toutes ses formes.
C'est ainsi que nous collaborons régulièrement avec des quotidiens de la presse régionale, magazines, guides, ouvrages à qui nous fournissons des articles, dossiers, suppléments, pages spéciales, chroniques...
Notre domaine d'intervention est principalement la vie quotidienne:
Mode, beauté, santé, automobile, multimédia, habitat, décoration, séniors...
Nous travaillons régulièrement avec les services publicité et les redactions d'une quarantaine de quotidiens et hebdomadaires de la Presse Régionnale Francaise.


 


Agence Trait Particuliers
2, rue Charles de Vergennes
21000 Dijon
Tel 0380782597
redaction@traits-particuliers.com

Début de page